UA-46669705-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/10/2009

portrait d'un lion indomptable du rugby - tchale watchou robins

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:1; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:0 0 0 0 0 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1073750139 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; margin-top:0cm; margin-right:0cm; margin-bottom:10.0pt; margin-left:0cm; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:Calibri; mso-fareast-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;} .MsoChpDefault {mso-style-type:export-only; mso-default-props:yes; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:Calibri; mso-fareast-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;} .MsoPapDefault {mso-style-type:export-only; margin-bottom:10.0pt; line-height:115%;} @page Section1 {size:595.3pt 841.9pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:35.4pt; mso-footer-margin:35.4pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} -->

tchale.jpg

Robins Tchale-Watchou, né le 10 mai 1983, est un joueur de rugby à XV camerounais qui évolue au poste de deuxième ligne au sein de l'effectif de l’USAP après plusieurs saisons passées au FC Auch, et au Stade Français (1 m 96, 124 kg).

L’ancien basketteur de l’Université de Dschang est actuellement vice-capitaine de l’équipe nationale du Cameroun de rugby.
En 1999,il est remarqué par Olivier Vachet, un ancien joueur de l’élite française de rugby qui lui déclare : « Tu as le potentiel pour évoluer comme joueur de haut niveau ».

A partir de cette remarque, il commence à ne jurer que par la boule ovale. Ainsi, il tourne définitivement le dos au basket malgré sa présence significative au sein de l’équipe de l’Université de Dschang. Équipé par son admirateur, Robins Tchalé Watchou se lance intensément dans les entraînements. En plus, il regarde de nombreux matches de rugby à la vidéo et lit plusieurs documents sur ce sport. Six mois après, son manager quitte brutalement le Cameroun. Bien que difficile à consommer, ce départ ne décourage pourtant pas le rugbyman talentueux. Qui continu à bosser dur pour valoriser les espoirs placés en lui. Fonceur face aux épreuves de la vie, comme il le fait pendant les matches de rugby, son talent va grandissant et suscite de nouveaux admirateurs.

Bénéficiant d’un encadrement particulier, la réputation de son talent dépasse, en moins de deux ans, les frontières de son Dschang natal. Agé de 19 ans en 2002, il est sélectionné à l’équipe nationale de rugby du Cameroun. Classé en deuxième ligne de l’avant à la suite de sa seconde sélection lors de la rencontre Cameroun-Ouganda à Douala, il réalise un impressionnant match. En contribuant par des actions décisives à la victoire des Lions du rugby sur les visiteurs par un score de 17 points contre 0. Cela lui vaut la consolidation de sa place dans la sélection. Malgré son jeune âge, Il est aussitôt titularisé et fait vice-capitaine de la sélection nationale. Une ascension due principalement à son exceptionnel potentiel technique et psychologique, comme le témoigne, Augustin Kenmoé, son coach : " C’est un meilleur joueur d’en avant. Il est apte dans les relances et les plaquages. Et sait se positionner sur un terrain. En plus, il est communicatif et rassembleur ". Des qualités reconnues par Francois Tontsa et Réné Leg, respectivement directeur technique national et entraîneur de l’équipe nationale de rugby du Cameroun.

Il tente sa chance en France en 2005 en rejoignant le club de Pro D2 d'Aurillac dans lequel il s'impose rapidement malgré la relégation de son club en fin de saison. Il rejoint ensuite le club de l'UA Gaillac, continuant ainsi son apprentissage du rugby professionnel. Hélas, il est contraint de quitter le club suite à sa rétrogradation administrative.
La saison 2007-2008 lui offre la possibilité d'éclater aux yeux des spécialistes en intégrant pour la première fois le Top 14 et le club d'Auch. Sa bonne saison lui ouvre ensuite les portes du Stade français. A la veille de l'ouverture du Top 14 2009, il est recruté par l'USAP et débarque ainsi en terre catalane.

CARRIERE

• Dschang University Rugby (université) Cameroun
• 2005-2006 : Stade aurillacois
• 2006-2007 : UA Gaillac
• 2007-2008 : FC Auch
• 2008-2009 : Stade français Paris
• 2009-2010 : USA Perpignan

20:21 Écrit par @lbatros dans Sport | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

23/10/2009

plus de 100 visites deja!!!

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:1; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:0 0 0 0 0 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1073750139 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; margin-top:0cm; margin-right:0cm; margin-bottom:10.0pt; margin-left:0cm; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:Calibri; mso-fareast-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;} p {mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-margin-top-alt:auto; margin-right:0cm; mso-margin-bottom-alt:auto; margin-left:0cm; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman","serif"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} .MsoChpDefault {mso-style-type:export-only; mso-default-props:yes; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:Calibri; mso-fareast-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;} .MsoPapDefault {mso-style-type:export-only; margin-bottom:10.0pt; line-height:115%;} @page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} -->

ballon rugby.gif

Je tiens en ce moment à vous féliciter, vous tous qui appréciez ce site et n'hésitez pas à le visiter assez régulièrement. Je dis ceci parce que le blog a déjà passé la barre symbolique de 100 visites en seulement 02 semaines d'existence, c’est un bilan qui est assez inattendu vu que le rugby est considéré comme un sport mineur au Cameroun. J’ose croire que nous conjuguerons nos efforts pour rehausser l'image du rugby au Cameroun. Pour ce faire, n’hésitez pas a donner une note, postez des commentaires et aussi inscrivez-vous à la newsletter afin de recevoir dans vos boite mails des alertes lorsque qu'il y aura des publications sur le blog.

Merci a tous.

22:22 Écrit par @lbatros dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

retro saison 2008-2009 - finale championnat

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:1; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:0 0 0 0 0 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1073750139 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; margin-top:0cm; margin-right:0cm; margin-bottom:10.0pt; margin-left:0cm; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:Calibri; mso-fareast-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;} .MsoChpDefault {mso-style-type:export-only; mso-default-props:yes; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:Calibri; mso-fareast-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;} .MsoPapDefault {mso-style-type:export-only; margin-bottom:10.0pt; line-height:115%;} @page Section1 {size:595.3pt 841.9pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:35.4pt; mso-footer-margin:35.4pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} -->

 

Rugby : Taureau de Yaoundé, champion du Cameroun

Stade de la réunification : Taureau fonce sur Yaoundé academy rugby Les finales des championnats nationaux de première et deuxième division se sont jouées samedi à Douala.
Mardi 22 septembre 2009

C’est agenouillé sur le bord de la pelouse synthétique du stade de la Réunification de Douala que Samuel Tayou, l’entraîneur de Taureau de Yaoundé, a parlé aux journalistes. Très ému, il a aussi remercié Dieu pour le titre de champion du Cameroun arraché quelques minutes plus tôt ce 19 septembre devant le Yaoundé Academy Rugby (Yar).
Ses poulains l’ont emporté par 17 points à 3. C’est le deuxième titre de cette équipe après celui de 2002, année ou le Taureau Rugby Club de Yaoundé avait réalisé le doublé. « C’est le couronnement de beaucoup d’années d’efforts. J’entraîne cette équipe depuis 1995. C’est seulement mon deuxième titre et ma quatrième finale. J’ai vu des générations passer. C’est sept ans après que je me retrouve en finale de la coupe et du championnat et surtout le championnat du Renouveau, le championnat dans lequel a vraiment primé la compétitivité, la technicité et le travail », a soutenu le technicien qui battait pour la première fois son adversaire du jour, après deux tentatives manquées cette saison.
Le match, très serré en première mi-temps (5-3 pour Taureau au bout des quarante premières minutes) s’est débridé à la reprise. Ismaila Ali, l’auteur du premier essai a marqué un autre avant que son entraîneur le remplace dans l’optique de l’épargner des affres du jeûne du ramadan. Sa sortie n’a en rien profité aux hommes de l’ancien sélectionneur national seniors Calvin Ndebi Mbock. La domination de Taureau va s’accentuer, mais le capitaine Talla et ses camarades ne marqueront de nouveau des points que dans le temps additionnel. Mandjoumbé va, à la 82ème minute, poser le ballon ovale dans l’en-but de Yar. La messe est donc dite. Avant la finale des clubs de première division, celle des équipes de D2 opposait le même après-midi et sur la même pelouse Force XV de Douala à Rugby Institute de Yaoundé. La première équipe s’est imposée par 14-9. Elle décroche ainsi un titre purement honorifique. Les finalistes étant les deux seules équipes admises à disputer le championnat d’élite la saison prochaine, qui commence en novembre.

Fiche Technique: Taureau de Yaoundé (17) – Yaoundé Academy Rugby (3)
Samedi, 19 septembre 2009
Stade de la Réunification de Douala
Finale du championnat nationale de rugby, première division

Yaoundé Academy Rugby
1-Tchoumou 2- Kamga 3- Yondjeu 4- Buma 5- Feudjo 8- Tonyè 7- Ndongo 10- Omgba 12- Bissou 13- Nonga 11- Fosah 14- Miafo 15- Kengne (cap) 16- Tchouta 17- Minkoulou Remplaçants : 18- Anya 19- Goda 20- Deffo Fouso 21- Nkengue 22- Seguin

Taureau Rugby Club de Yaoundé
1- Batchui 2- Ndzegollé 3- Leugueun 4- Tsounon 5- Kengne 6- Samo 8- Ottou 7- Deffo 9- Talla (cap) 10- Ngilia 12- Ntso 13- Bakop 11- Isamaila Ali 15- Nanga 14- Tchueno Kom Remplaçants : 16- Moni 17- Tsila 18- Betsen 19- Nembot 20- Kuetche 21- Ibrahim Alhadji 22- Mandjoumbé

Réactions :

Ebénézer Ndoumbè, secrétaire général de la ligue de rugby du Littoral : « Force XV nous a satisfait »
La grande finale s’est très bien déroulée. Elle était d’un niveau assez élevé. J’espère que celle de la saison prochaine sera d’un niveau encore plus élevé que celle de cette année. Force XV est, de toutes les équipes de notre ligue celle qui a pu nous satisfaire. Elle a été sacrée championne de deuxième division et cela nous procure une grande joie. Le bilan de la saison en lui-même est un peu mitigé. Un peu bon et un peu mauvais sur le plan technique. Les joueurs ont eu un long moment de trêve à cause du désordre qu’il y avait dans le rugby. Mais, nous avons donné le meilleur de nous-mêmes pour que le bilan soit positif.

Terence Tantoh, joueur de Rugby Institute de Yaoundé : « Nous avons manqué d’expérience »
On avait déjà joué contre Force Xv en championnat. Aujourd’hui, faute de temps pour s’entraîner on a perdu la finale du championnat de deuxième division. Nous avons surtout manqué d’expérience. Nous sommes un club créé il y a seulement un an. Force XV joue depuis 2003. On les a menés pendant la première mi-temps avant de lâcher prise. Je félicite tout de même la fédération pour les efforts qu’elle a fournis dans l’organisation de cette saison. Je déplore le fait que la fédération ne nous ait rien donné comme récompense après la finale. Nous, on n’a rien eu. Pas d’enveloppe, ni même de trophée de perdant.

Calvin Ndebi Mbock, entraîneur de Yaoundé Academy Rugby : « C’était difficile pour mes joueurs »
Je suis un habitué des finales. J’ai perdu aujourd’hui, mais hier j’ai gagné. Il faut bien que les choses avancent. Il y a certains qui se sont préparés. Ils ont compris que je ne peux pas m’approprier tous les trophées. Raison pour laquelle je ne peux pas être fâché. Parce que si j’ai gagné hier et qu’aujourd’hui je perds, il est normal que je rie. Mon groupe est très jeune. Aujourd’hui, ils ont essayé de faire ce qu’ils pouvaient… Vraiment c’était difficile pour eux. Ils feront mieux la prochaine fois. Cette saison, la jeunesse du rugby s’est déployée énergiquement. C’est une source d’espoir.

Samuel Tayou, entraîneur de Taureau de Yaoundé : « Aujourd’hui, ce sont les rugbymen qui ont gagné »
Nous croyons en nous et à la force du travail. Je dédie ce trophée de champion à tous ceux qui aiment le rugby, tous ceux qui ont sacrifié des millions de francs pour relever le rugby, au président de la Fecarugby, à M. Jean Rémy Martin qui a beaucoup fait pour le rugby camerounais et à tous les rugbymen camerounais, car aujourd’hui ce sont eux qui ont gagné. Mon équipe a fait montre de beaucoup de variété dans le jeu. J’ai une équipe qui est extrêmement équilibrée à tous les postes, chez les trois-quarts, chez les avants, j’ai de véritables ailiers. Ils ont douté par moments dans la saison, mais aujourd’hui, ils ont fini en beauté. Ils ont montré ce qu’ils étaient capables de faire.

François Tontsa : « C’était la saison de la refondation du rugby »

Le secrétaire général de la Fédération camerounaise de rugby se félicite de la participation de Michel Zoah aux deux finales que son association vient d’organiser.

Question: Comment appréciez-vous le déroulement des finales des championnats nationaux de rugby ?

Je suis très satisfait dans la mesure où on a eu beaucoup de difficultés. Organiser deux finales en l’espace de deux week-ends n’est pas vraiment donné. Surtout que sur les quatre clubs qui ont disputé les finales, trois sont venus de Yaoundé. Ce qui représentait déjà pour la Fédération des charges financières énormes. Quant au niveau technique du match, c’était vraiment acceptable. Il était nettement meilleur que celui que nous avons vu à Yaoundé une semaine plus tôt lors de la finale de la coupe du Cameroun. De façon générale, je crois que cette saison qui s’achève est une saison qui nous a positivement marqués. Je salue le public pour son adhésion. A Yaoundé et à Douala, nous avons enregistré plus d’un millier de spectateurs. Ce qui n’est pas donné pour un sport comme le rugby qui cherche encore ses marques.

Q: Le ministre des Sports a assisté aux finales du championnat et de la coupe…

Je mets cette présence du ministre à l’actif de la réussite que nous avons connue à Yaoundé lorsque nous avons organisé la finale de la coupe. Je pense, que ce ministre nouvellement installé dans son département ministériel a eu des échos du rugby pas très favorables. Mais lorsqu’il a assisté à la finale, le démenti est venu seul. Et à partir de là, nous avons profité du fait qu’il était très satisfait de l’organisation et surtout de la participation du public pour lui tendre encore la main en disant : « Nous avons une autre finale à Douala qui sera cette fois-là celle du championnat ». Le paradoxe c’est que cette finale intervient après que la saison sportive ait été clôturée de façon officielle au Cameroun. Mais c’est une compétition que nous voulons pérenniser. Et dans tous les pays de rugby, il y a une finale du championnat et une finale de coupe et nous voulons que les camerounais aussi adhèrent à cette nouvelle manière de faire. Le ministre nous a une fois de plus honoré de sa présence physique et ça nous va tout droit au cœur.

Q: Quel bilan faites-vous de cette saison que l’on pourrait qualifier de saison de la renaissance, de la relance du rugby ?

C’était vraiment la saison de la refondation du rugby. Ça a été pour nous une saison très difficile parce qu’en arrivant à la fédération, nous avons fait face à une énorme hostilité de l’ancienne équipe. Mais cela ne nous a pas émoussés. Nous avons travaillé avec conviction et aujourd’hui, les résultats sont là, palpables. Nous avons essayé de rehausser le niveau, nous sommes allés prendre part aux deux grands rendez-vous internationaux qui nous attendaient. Nous avons pris part, avec le soutien financier des hommes de la fédération à toutes les sessions de formation. Cela a été difficile sur le plan financier, mais nous avons fait ce que nous pouvions faire et je peux vous assurer que nous sommes entièrement satisfaits de notre saison.

22:06 Écrit par @lbatros | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

retro saison 2008-2009 - africa cup trophy

En attendant le demarrage prochain du championnat de rugby,petit flash-back sur les faits marquants de la saison 2008-2009,

Rugby à XV Africa Cup Trophy Sénégal-Cameroun - 11-3

En match pour la 3e place du tournoi international Africa Cup Trophy, disputé samedi au stade Al Massira de Safi, le Sénégal a battu le Cameroun par 11 à 3. Arbitrage de l'Ivoirien Ndri Khan assisté des Marocains Ellim Abderrazak et Belhasen Abdelfattah. Sénégal : deux pénalités et un essai réussis. Cameroun : une pénalité réussie.

Sénégal : Antoine Laporte, Mamadou Diallo, Mamadou Sy, Mamadou Koïta, Mohamed Samba, Charles Preira Ndiaye, Abdoulaye Bâ dit « Baboye », Amadou Lamine Ndiaye, Demba Kâne, Victor Biram Samb, Moussa Koïta Gros, Aliou Bodian, Mouhamadou Diarra, Khalifa Niang, Steeve Sargos (cap). Entrants : Ousmane Mané, Magname Koïta, Ousmane Diarra, Ousmane Ndiaye, Sam Ciré, Isamsi Touré. Entraîneur : Jean Marc Foucras

Cameroun : Arsène Nomo (cap), Henri Bidlas, Alain Fotso, Hervé Nyatto, Stéve Sankou, Serge Moulieu, Brice Happy, Cyr Ndjike, Alian Tsimi, Christophe Lobbe, Sidoine Bissek, Charles Louvat, Jacquillard Tchouffa, Jean Jacques Etame, Robert Songue. Entrants : William Diabou, Mick Tchouembou, Christian Njewel, William Tchakam, Marcel Aloumbe, Bruno Ntso, Serge Enguene. Entraîneur : Philippe Vila

Les retrouvailles entre "Lions" dans la finale de la 3ème place de l'Africa Trophy ont tenu leurs promesses. Et les Sénégalais ont confirmé leur succès de 2005 à Douala contre les Camerounais. Les « Lions de la Téranga » avaient bien retenu la leçon de leur premier match contre le Kenya, et samedi, malgré une équipe remaniée dés le départ avec Khalifa Niang et Abdoulaye Bâ dit « Baboye », les choses ont marché d'entrée avec des « Lions » qui ont pris à la gorge leurs adversaires grâce à un bon quadrillage du terrain. Mais, avec le vent fort qui soufflait en face, les Sénégalais avaient du mal à concrétiser leur nette domination. La preuve par ces deux pénalités obtenues par Steeve Sargos aux 10e et 38e minutes et qu'il ne parvint pas à transformer. Néanmoins, le XV sénégalais ne se décourageait nullement car, à l'ultime minute de la fin de la première mi-temps, le capitaine Steeve Sargos réussit à transformer une pénalité qui permet à son équipe d'aller à la pause avec un avantage de 6 - 0.

A la reprise et avec le vent qui soufflait dans leur dos, les Sénégalais devinrent plus entreprenants. Et dés la 3e minute (43e), une rapide attaque menée fut conclue par un drop de Steeve Sargos qui faisait mouche (6-0). Les Camerounais usèrent alors d'expédients pour essayer d'arrêter la furia sénégalaise. N'empêche, car c'est le plus petit du groupe, en l'occurrence Demba Kâne, qui perçait le rideau défensif camerounais pour aller aplatir la balle d'un joli essai derrière les lignes ennemies (59e). La pénalité qui s'en suivit fut cependant ratée par Steeve Sargos, tout comme ce drop de la 65e. Les Camerounais qui ont bénéficié par la suite d'une occasion, en profitèrent pour marquer une pénalité par Sidoine Bissek (71e) ; le même Bissek qui rata une autre pénalité à la 77e. Une dernière tentative camerounaise de marquer sur un essai ne fut pas conclue (79e). Et les Sénégalais de s'imposer plutôt facilement...
Ils ont dit...Ils ont dit... Jean Marc Foucras (entraîneur du Sénégal) : « On a été discipliné dans le jeu »

« La troisième a été la bonne et je ne m'attendais pas à ce qu'on réalise une aussi bonne partie, notamment une première mi-temps où l'on vire en tête et durant laquelle on a eu des occasions d'essais assez nettes. Les garçons ont respecté les consignes, et on savait que pour rivaliser avec le Cameroun, on aurait quelques problèmes en mêlée donc, il fallait les contrer en touche. C'est ce qu'on a su faire et surtout monter très vite en défense pour les perturber. Ensuite, on a été discipliné dans le jeu et très courageux. Je pense que la victoire ne souffre d'aucune contestation. On a bien retenu les leçons du match contre le Kenya, mais ce match contre le Kenya est peut-être venu un peu tôt car on n'était pas encore parfaitement rodé collectivement. Contre le Cameroun, on était bien en place, plus efficace dans la conquête du ballon et dans la conservation aussi ».

Steeve Sargos (Capitaine du Sénégal) « Nous avons répondu présent dans le match »
« C'est une belle victoire, mais on va avoir quelques regrets par rapport au premier match disputé contre le Kenya car il était à notre portée. Mais je crois qu'on a fait une belle partie contre le Cameroun. Nous avons répondu présent dans le match et dans tous les compartiments du jeu. On avait des choses à se faire pardonner entre nous, envers notre fédération et envers notre entraîneur. Je crois qu'on a tenu notre pari de remporter ce match de classement ».

21:55 Écrit par @lbatros dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

19/10/2009

formation des entraineurs 1e degré

Dans la semaine du 07-13 septembre,s'etait tenu un stage de formation d'entraineur de 1er degré de rugby au siege de la fecarugby a douala,coordonné par le dtn mr francois colas et le selectionneur national mr philippe vila.tous les clubs de la capitale économique etaient représentés. En plus d'un invité surprise en la personne du président de la fecarugby Me patrice monthé accompagné de mr jean remy martin,directeur d'entreprise et supporter passionné du rugby.

20:37 Écrit par @lbatros | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

souvenir 2003 - qualification top 10 africain

Decembre 2003,match decisif du championnat d'afrique de rugby (2e division),la selection nationale de zambie recoit les lions indomptables du cameroun,l'enjeu est une qualification pour le top 10 des dix meilleures nations de rugby du continent. dans un stade de chingola plein a craquer et les supporters tous derriere leur équipe zambienne,les lions n'ont pas craquer et se sont imposer. voici la liste de héros de cette victoire il y a 6 ans. il faut noter que tous evoluaient encore au pays cette année-la a l'exception de 2 joueurs qui venaient de signer des contrats en france ( tchale et nnomo ).

JOUEURS

1-gbetkom amadou - pilier
2-mouli honoré - pilier
3-nnomo bernard - pilier
4-lowe kamga fabrice - talonneur
5-moulieu serge - talonneur
6-adamou gambo - 2e ligne
7-ngonsu tchonlahui jacques - 2e ligne
8-nyatto hilaire - 2e ligne
9-kamte heumou martin - 3e ligne
10-ntsama victor - 3e ligne
11-tchale watchou robins - 3e ligne
12-ekongolo conrad - melée
13-tsimi alain - melée
14-manga carol - ouvreur
15-omgba omgba bertrand - ouvreur
16-mbassisse yves -centre
17-benenegne yves bertrand - centre
18-kamguem beranger - centre
19-njeukoua tchouffa jacquillard - centre
20-bisseck pierre sidoine - ailier
21-etame jean-jacques - ailier
22-temfack merlin brice - arriere

ENCADREURS
lej rené - selectionneur national
ndebi bock jean calvin - entraineur adjoint

20:13 Écrit par @lbatros dans Sport | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

16/10/2009

selection et formation de jeunes rugbymen a bonaberi

au moment ou les clubs affutent leurs armes pour le debut du championnat,le club de bonaberi n'est pas en reste. ainsi il est porté a la connaissance de toute personne (jeune ou adulte) desirant apprendre a jouer au rugby que le club de marcassins accueillent tous les jours dans ses lieux d'entrainement ci-apres.
lundi - stade new-star de mambanda (16h-18h)
mardi,jeudi et samedi - stade du lycée bilingue de bonaberi (16h-18h)

19:37 Écrit par @lbatros dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

15/10/2009

interview tchougong kamga arnauld

nb : interview realisee le 22-11-2007 (annee ou il debute dans le top 14)

Tchougong : "Je ne veux pas m'arrêter l

L'ancien pilier d'Aix-en-Provence et Oyonnax Arnault Tchougong, qui sera titulaire à Perpignan samedi, fait un très bon début de saison avec le CSBJ. Il a su profiter de la blessure d'Olivier Milloud pour trouver sa place dans l'effectif berjallien et savoure.

Comment vivez-vous vos débuts dans l'élite du rugby français et européen ?

Arnault TCHOUGONG : Je pense que notre bon début de saison est dû à l'entourage du club. C'est lui qui est à l'origine de nos progrès, qu'il s'agisse du staff, des entraîneurs ou même des joueurs. C'est ça qui fait qu'on s'en sort un peu mieux que les autres. Alors personnellement, je ne peux le vivre que très bien. Mais sachant qu'à chaque jour suffit sa peine, je continue à travailler. C'est vrai en tout cas que c'est une belle satisfaction de tout le travail accompli.

Avez-vous senti une grosse différence par rapport au Pro D2 ?

A.T. : Il y a une très grande différence oui, au niveau du travail par exemple. La saison passée, je travaillais beaucoup mais moins spécifiquement par rapport à mon poste. Là je suis arrivé dans un club vraiment professionnel, même si je ne veux pas dire qu'Oyonnax ne l'était pas. C'est juste que le staff qui m'entoure aujourd'hui me fait travailler des points qui me permettent d'avoir un meilleur rendement.

Un rendement que tout le monde salue en ce début de saison, et récompensé par un essai contre l'Ulster samedi...

A.T. : Oui, même si c'est un peu anecdotique ! Mais c'est vrai que cet essai est une belle récompense, d'autant qu'il nous a remis dans le sens de la marche durant le match. Mais je ne dois pas trop me réjouir et dois continuer à travailler. Mon bon début de saison, ce n'est pas dû qu'à mon travail. C'est aussi grâce à mes coéquipiers, mes entraîneurs, mes préparateurs physiques. C'est un ensemble. Je ne peux qu'être fier de ce que je suis en train de faire aujourd'hui et j'espère que ça ne va pas s'arrêter là. J'espère pouvoir apporter encore beaucoup de choses au groupe. Si je peux faire plus, je le ferai. Je ne veux pas m'arrêter là parce que j'ai plusieurs objectifs.

Quels sont ces objectifs ?

A.T. : C'est un peu tôt pour en parler pour l'instant...

Après ces deux bons matchs de Coupe d'Europe, comment le groupe aborde-t-il le match contre Perpignan ?

A.T. : Nous l'abordons très sereinement. Nous travaillons là où nous avons besoin de le faire et nous verrons bien.

Le début de Top 14 a été un peu difficile avec deux victoires étriquées contre Montauban et Auch. Pensez-vous que la Coupe d'Europe a, contrairement aux autres années, apporté de la confiance à l'équipe ?

A.T. : Au début du Top 14, nous avions encore beaucoup de lacunes par rapport au schéma de jeu que nous voulons poursuivre. Mettre un schéma de jeu en place prend du temps et nous avons encore certains manques mais ça vient petit à petit. Quand nous serons bien en place, nous pourrons faire de très belles choses. Et c'est vrai que la Coupe d'Europe nous a fait gagner du temps.

17:51 Écrit par @lbatros dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

portrait d'un lion indomptable du rugby

Arnauld Tchougong kamga, lion indomptable
Après un parcours qui l’aura mené du Cameroun, son pays natal, à l’US Oyonnax en passant par l’Afrique du Sud et le club des Blue Bulls, Arnauld Tchougong ;cet ancien joueur du rugby club de douala s’est engagé avec les Ciel et Grenat. À 29 ans, le pilier poursuit son ascension et nourrit de grandes ambitions dans cette nouvelle aventure.

Arnauld Tchougong débute sa carrière de rugbyman à Douala, ville portuaire du Cameroun et principal centre d'affaires du pays. " Au Cameroun, le sport roi c'est le foot. Le rugby est peu implanté dans le pays, généralement il est pratiqué par les militaires. Quand j'ai eu 11 ans, un ami m'a fait découvrir ce sport au club de Douala et dès le deuxième entraînement j'y ai pris goût, avec la volonté de persévérer. "
Dès lors, rien ne pourra plus le freiner. Pourtant propriétaire d'une grande boutique, il décide de rejoindre l'Afrique du Sud et le Harlequins Club. " C'était le grand départ, je ne manquais de rien dans mon pays, mais dans ma tête j'avais la volonté de mettre toutes les chances de mon côté pour faire carrière. Grâce à Dieu, ça s'est concrétisé. "

Au cours de sa première saison, il dispute la Currie Cup –19 ans avec le Harlequins Club et devient champion des Provinces. L'année suivante il est sélectionné en –21 ans chez les Blue Bulls. Il y restera deux saisons avant d'être contacté par le club d'Aix-en-Provence, pensionnaire de Fédérale 1. " C'est quelque chose que j'attendais avec impatience. Même si ça a été difficile d'arriver en France et de s'adapter à un jeu différent, j'ai su saisir ma chance. Et avec l'équipe on s'en est plutôt bien sorti. " Après quatre saisons passées dans le sud de la France, auréolées notamment d'un titre de champion de Fédérale 1, Arnauld s'engage en faveur de l'US Oyonnax au projet sportif plus ambitieux. " Je suis fier de ces deux belles saisons passées là-bas. Tant humainement que sportivement le groupe possédait beaucoup de qualités. " Sélectionné à deux reprises au sein des African Leopards, Arnauld, qui enchaîne les bonnes performances en Pro D2, décide de franchir un autre cap. " Bourgoin fait partie des équipes avec des gros potentiels. J'avais d'autres propositions en Top 14 mais j'ai préféré signer ici, même si je savais que j'allais devoir faire face à la concurrence. J'ai toujours aimé bosser avec la concurrence, c'est elle qui te permet d'élever ton niveau de jeu et te fait avancer. J'espère qu'Olivier (Milloud) reviendra vite et qu'à ses côtés je pourrai acquérir son expérience du plus haut niveau." Titularisé à chacune des rencontres officielles disputées par les Ciel et Grenat, le pilier ne regrette pas son choix. " Je n'avais jamais rencontré un groupe comme ça dans ma carrière. L'accueil a été exceptionnel et cela se ressent sur le terrain. C'est l'envie du groupe qui nous a permis d'obtenir ces résultats. On commence à proposer du jeu de qualité, la mayonnaise prend petit à petit. Mais on peut encore faire mieux. "

Quand on lui parle d'objectif, Arnauld n'y va pas par quatre chemins. " La force et la cohésion du groupe peuvent nous amener vers les sommets. Alors pourquoi ne pas être champion de France et réaliser quelque chose de grandiose en H Cup ? ".



- FICHE TECHNIQUE -
Né le : 17 mars 1980
Taille : 1m76
Poids : 105 kg
Poste : pilier
Au CSBJ depuis 2007
Clubs précédents : RC Douala (Cameroun), Harlequins Club, Blue Bulls (Afrique du Sud), Aix en Provence, Oyonnax

17:40 Écrit par @lbatros dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |

14/10/2009

presentation du nouveau dtn francois colas

(extrait du quotidien mutations du 07 oct 2009)

François Colas : Un professeur d’Eps à la tête du rugby

L’ancien vice-président de la fédération est le nouveau directeur technique national de rugby.

L’information n’était pas à proprement parler une nouvelle pour François Colas qui n’attendait plus que sa nomination au poste de Directeur technique national (Dtn) de rugby. Le tout nouveau Dtn installé jeudi dernier à Yaoundé, arrive à un poste dont il a la maîtrise des tâches qui lui reviennent. «C’est pas mon passé de joueur qui me donne des qualités pour le poste, mais mon expérience et mes compétences en management des projets de développement», déclare-t-il. Cet ancien vice-président de la Fédération camerounaise de Rugby (Fécarugby) va occuper ce poste cumulativement avec celui de président de la commission sportive. Place qu’il occupe depuis le 16 janvier dernier, date à laquelle il a quitté la vice-présidence lors de la réorganisation de la fédération parce qu’ «il y avait des gens qui montraient des compétences administratives. Dès lors, j’ai été orienté vers le poste technique car c’est beaucoup plus là que mes compétences vont s’exercer», reconnaît-il.

Avant son arrivée à la Fécarugby, François Colas s’était déjà impliqué dans le développement de ce sport en créant le club Ado Rugby Kwata, une association qui devait former et éduquer des jeunes de la capitale économique. Et à ce titre, 600 jeunes ont reçu des enseignements sur la discipline. Ce Français corpulent de taille moyenne, a travaillé comme conseiller technique à la ligue régionale du Littoral très tôt arrivé au Cameroun en 2003.
Dès lors, pour passer du temps et se distraire un peu, il s’est inscrit dans une association appelée «Drop», afin de partager sa passion pour ce sport. Cet ancien rugbyman amateur a évolué en Fédéral 3, le championnat amateur dans le club de Cambrai en France qu’il va entraîner plus tard avant de prendre les rênes de l’école de rugby. Ce professeur d’éducation physique et sportive, spécialité Rugby, a entraîné, outre cette équipe-là, de nombreuses autres équipes du championnat amateur.

Puis, il offrira également ses services en tant qu’entraîneur à la section universitaire de rugby de Dijon, à l’école supérieure militaire de Bourges et à la base aérienne française de Djibouti. Il travaille également pour le compte du ministère de l’Education nationale comme formateur des formateurs à l’Académie du Nord dans le Pas de Calais, dans le centre de la France. Celui qui totalise aujourd’hui 27 ans d’expérience dans cette discipline dévoile sa vision qui «est de mettre en place un développement durable de rugby, c’est-à-dire que les priorités consistent à former les entraîneurs et les éducateurs. C’est aussi de mettre l’accent dans le rugby des jeunes, que ce soit dans les écoles, les universités ou encore dans les quartiers», laisse-t-il savoir. Pour le Dtn, il faut intéresser tout le monde et améliorer le niveau de la pratique au Cameroun.

20:56 Écrit par @lbatros dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | Pin it! |  Imprimer | | |